Cosmétiques

Les secrets d’un bon macérât huileux

Un macérât huileux, c’est le résultat de la macération de plante dans une huile végétale. Aux qualités de l’huile végétale s’ajoute donc les principes actifs de la plante. On parle aussi d’huiles infusées ou d’huiles médicinales.

On peut utiliser le macérât huileux tel quel ou s’en servir comme ingrédient pour une préparation comme celle d’un savon, d’une crème, d’un baume…

Parmi les macérâts huileux les plus connus, citons ceux de calendula (souci), de carotte, de bellis (pâquerette) ou encore de millepertuis. On peut aussi faire un macérât huileux de lavande, de romarin, de basilic, de vanille…

Quelque soit la plante dont vous voulez faire un macérât, il y a quelques astuces à connaître pour mener à bien cette opération. Ensuite, je vous donnerai la marche à suivre pour faire un macérât huileux de carotte et un macérât huileux de bellis.

Choix de l’huile pour un macérât

Il est important de choisir une huile bio de préférence, au moins vierge, c’est à dire obtenue par première pression à froid.

Recette macerat huileux

Si vous choisissez de l’huile d’olive vous devez savoir que sa forte odeur prend presque toujours le dessus sur la plante ajoutée.  Elle est aussi assez grasse à appliquer comparée à d’autres huiles. Mais à part ça c’est une huile de choix pour faire un macérât car c’est une huile stable, qui se conserve bien.

L’huile de tournesol, adoucissante et nourrissante, est également adapté pour un macérât. Bien sur, elle est un peu grasse à mettre telle quelle sur la peau, mais elle est aussi très fluide et agréable à appliquer et d’un excellent rapport qualité/prix. Plus sensible que l’huile d’olive, elle nécessite un conservateur (vitamine E).

Les huiles de noyaux d’abricots ou de jojoba sont aussi très bénéfiques et riches pour la peau mais de texture plus sèche que l’huile d’olive ou de tournesol. De fait, le macérât que vous réaliserez avec ces huiles sera plus agréable à appliquer sur le corps ou le visage. L’huile de jojoba est encore plus stable que l’huile d’olive, elle ne s’oxyde presque pas.

Il y a aussi l’huile de sésame aux propriétés assouplissante et antioxydante qui pénètre rapidement la peau sans laisser de film gras. Cette liste n’est pas bien sur pas exhaustive, il existe beaucoup d’huile végétale.

Préparation des plantes pour le macérât huileux

Vos plantes doivent avoir été séchées au préalable. S’il reste des traces d’humidité, votre huile risque de rancir ou moisir rapidement.  Il n’y a que le macérât huileux de millepertuis qui se prépare avec des fleurs fraiches. 

En terme de quantité, si vous n’avez pas de recette précise, remplissez un bocal de plantes séchées sans les tasser et complétez avec de l’huile. Les plantes doivent être complètement immergées.

Conditions de la macération

La macération est une question de jours ou de semaines, sa durée est à déterminer en fonction des recettes. Elle se fait dans un pot fermé hermétiquement. Vous pouvez par exemple utiliser un pot de confiture ou de miel stérilisé au préalable.

Le temps de la macération se passe à la fois à l’abri de la lumière mais en même temps derrière une fenêtre où chauffe par le soleil plusieurs heures par jour. Par conséquent, il convient de recouvrir le bocal de manière à filtrez les UV. On peut utiliser pour ça des sacs en papier marron qui servent à acheter les fruits et légumes en vrac (ou des sacs de vrac en tissu).

Preparation macerats huileux

Sans ouvrir le bocal, remuez-le délicatement tous les jours (mais rien de grave s’il vous arrive d’oublier)

Extraction et conservation du macérât huileux

Au terme de la macération, vous allez devoir filtrez votre mélange d’huile et de plante, à l’aide d’un tissu en guise de tamis par exemple ou d’un filtre à café (beaucoup plus lent), et recueillir l’huile obtenue dans un contenant stérilisé, sec et hermétique.

En fonction des recettes et dans de bonnes conditions un macérât huileux se conserve de quelques mois à un an et même plus pour les huiles les plus stables.

Pour assurer la conservation de vos macérats, vous pouvez ajouter de la vitamine E (anti-oxydante et donc anti-âge pour l’huile mais aussi pour votre peau), tout particulièrement si vous choisissez l’huile de tournesol, la plus sensible des huiles citées ci-dessus. On compte 10 gouttes de vitamine E pour 100ml d’huile.

Si vous faites des macérâts en petites quantités et que vous utilisez votre produit tous les jours, ce n’est pas nécessaire de le garder au frigo. Mais si vous en préparez de grosses quantités d’avance ou que vous utilisez de manière occasionnelle vos macérâts huileux, il est recommandé de les garder au frais.

Idées recettes

Macérât huileux de carotte

Macerat de carotte

C’est le macérât bonne mine par excellence. Il favorise le bronzage et permet de garder plus longtemps un joli hâle au retour des vacances en plus d’assurer la souplesse de la peau.

  • Remplissez un bocal avec des épluchures propres des carottes que vous aurez fait bien sécher au préalable. Complétez avec l’huile de votre choix. Veillez bien à ce que tous les morceaux de carotte soient bien recouverts d’huile. Ajoutez si nécessaire de la vitamine E pour la conservation (10 gouttes de vitamine E pour 100ml d’huile). Fermez votre bocal.
  • Laissez macérer pendant 4 semaines le bocal derrière une fenêtre ensoleillée mais en le protégeant de la lumière, dans un sac en papier par exemple. Remuez régulièrement votre préparation sans ouvrir le bocal.
  • Filtrez et mettez votre macérât huileux de carottes dans un contenant stérilisé et hermétique. Etiquetez et datez

Macérât huileux de bellis (pâquerette)

Le macérât huileux de bellis est traditionnellement utilisé pour raffermir les tissus. Il a un effet tenseur et galbant sur la poitrine.  Il est aussi cicatrisant et réparateur.

Macerat de bellis (paquerette)
  • Cueillez des pâquerettes au ras des tiges et mettez-les à sécher plusieurs jours. Attention au cœur de la fleur qui peut sembler sec mais garde encore de l’humidité  l’intérieur. Assurez-vous que les pâquerettes soient bien sèches en en écrasant deux ou trois entre les doigts.
  • Remplissez un bocal de pâquerettes sèches, sans les tasser. Versez l’huile végétale de votre choix de manière à recouvrir complètement les pâquerettes. Ajoutez si besoin quelques gouttes de vitamine E (10 gouttes de vitamine E pour 100 ml d’huile). Visez le couvercle. 
  • Placer le bocal dans un sac en papier et placez le au soleil, idéalement derrière une fenêtre. Remuez-le fréquemment.
  • Après 6 semaines, vous pouvez filtrez votre mélange et recueillir le macérât  huileux de pâquerette dans un contenant hermétique, stérilisé au préalable. Etiquetez et datez 

Voilà, vous en savez assez pour vous lancer. Les macérâts offrent de multiples possibilités, d’autant qu’il est possible de combiner différentes plantes dans un même macérât huileux. Bonne tambouille !

Recettes macerats huileux
Publicités

Un commentaire sur “Les secrets d’un bon macérât huileux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s